L'axe economique

Notre devise est : « l’économie est un outil et pas une fin ». C’est-à-dire, l’économie c’est quelque chose qui nous permet de réaliser un projet, pas de se faire de l’argent. Pour pouvoir exister, le festival doit être rentable mais en aucun cas, il ne poursuit l’objectif de gagner de l’argent sur le dos de la culture. Esperanzah! refuse de tomber dans la dérive du business-culture. Pour Esperanzah! l’argent est un outil et pas une finalité. On veut faire les choses différemment et montrer à notre public qui est d’abord et avant tout un citoyen, qu’il peut faire les choses de manière différente.

Artisans et restaurateurs : Pour les artisans, nous leur demandons de nous détailler la provenance des produits vendus. Nous recommandons aux restaurateurs l’achat de leurs marchandises en filière courte et les mettons en contacts avec des associations représentatives dans le domaine. A travers cette démarche, nous voulons leur montrer qu’il est possible de proposer des produits de qualité sans que cela ne représente pour eux un coût ou des démarches supplémentaires. Un objectif est fixé pour 2013 : proposer une restauration entièrement réfléchie dont la filière courte serait la plus significative.

Fournisseurs : Une recherche de fournisseurs éthiques s’affine d’année en année pour pouvoir proposer aux festivaliers des produits provenant de sociétés éthiques et de proximité.

Partenaires financiers et sponsors : Le choix de nos partenaires financiers et associatifs repose avant tout sur des critères éthiques en phase avec notre objet social et le combat que nous menons pour une société plus juste et plus démocratique. Il ne suffit pas d’amener une manne d’argent. Bien au contraire, nous répondons par la négative à des sponsors petits comme gros, parce qu’ils n’ont pas d’engagement éthique. Á Esperanzah!, vous ne trouverez pas de banque qui sponsorise l’armement. Pas de multinationale qui ramène des softs en bouteilles en plastique et qui dévaste le continent sud américain de ses arbres et de son eau. Pas de bières d’une certaine enseigne belge mais produite aujourd’hui dans des pays où faibles revenus et absence de protection sociale règnent en maître après avoir généré une délocalisation mettant au chômage plusieurs centaines de travailleurs. 

Par contre, vous trouverez et pour la troisième année consécutive, les bières de la Brasserie de Silly. L’entreprise familiale qui existe depuis 5 générations n’a cessé de s’adapter aux demandes du festival. Cette année, la Brasserie de Silly innove et crée sa première bière bio, la Silly Pils BIO, pure malt et houblon issus d'agriculture biologique et agréée par Certisys ( sous la référence BE-BIO-01 EU Agriculture). La Brasserie de Silly a décidé de produire cette bière biologique pour mieux répondre aux attentes des consommateurs qui recherchent des produits de qualité fabriqués par des sociétés indépendantes et familiales. La Silly Pils BIO est commercialisée en bouteilles de 25cl et sera présentée en fût et en exclusivité pour Esperanzah!.

Le Crédal : Coopérative de crédit alternatif, Crédal soutient des projets sociaux qui n'ont pas accès au crédit bancaire en Wallonie et à Bruxelles, et fait en sorte qu’Esperanzah! ait les moyens nécessaires pour avoir lieu. Le CREDAL c’est aussi la monnaie officielle pour acheter des boissons sur le site du festival. Le concept est de sensibiliser les festivaliers au fait que, contrairement aux idées reçues, l’argent a une couleur. Notre argent, ou plutôt l’usage que nous en faisons ou n’en faisons pas, n’est pas neutre. Si l’idée de consommation responsable fait progressivement son chemin dans le grand public, celle d’épargne responsable doit encore émerger.

D’autres sponsors éthiques s’associent au festival. Dans l’ordre, la Mutualité Chrétienne entame une première collaboration avec le festival, le CNCD-11.11.11 fait son grand retour, et le magazine Imagine demain le monde (un magazine belge d’information et d’opinion totalement indépendant de tout groupe de presse et de toute structure partisane) s’associent au développement du festival alors que jusqu’ici, il était partenaire de l’engagement. 

On n’en parle pas souvent, mais par ce choix de sponsors et partenaires Esperanzah! se distingue totalement des autres festivals. Cette éthique nous prive de moyens financiers pour mettre en place tout ce que nous souhaitons mais elle nous insuffle créativité et nous permet d’être sereins, honnêtes et cohérents.

Catering : Le catering accessible aux responsables de l’organisation est soumis à un cahier des charges précis basé sur la fraîcheur des produits, les aliments de saison, la filière courte, etc.

Emplois : L’ASBL « Z les Amis d’Esperanzah! », organisatrice du festival se veut créatrice d’emplois (deux temps pleins et un mi-temps sont assumés directement par l’ASBL. De plus, chaque année, l’asbl valorise chacun des responsables de l’organisation ainsi que bon nombre de travailleurs (contrats SMART,…).

Partenaires du festival Esperanzah! 2010